Il est l’heure de s’aimer !

 

Est-ce que vous vous aimez ?

 

Cette question parait parfois ridicule et il semble évident pour beaucoup que « Oui bien sûr, je m’aime! Je veux le meilleur pour moi, je crois être une bonne mère, un bon père, sérieux dans mon travail, je ne me déteste pas trop physiquement, je pense être relativement sympa car j’ai des amis, je suis fidèle à mes proches… ». Ces choses-là sont bien sur essentielles et oui, il y a aussi des personnes qui ont une relation harmonieuse avec elle-même, heureusement ! Cependant j’ai remarqué lors de mes consultations que cette question de l’amour de soi au sens large revenait finalement presque à chaque fois, peu importe la problématique avec laquelle la personne arrivait. Lorsque l’ on rencontre ses croyances profondes, ses jugements sur soi et les limites que soi- même on s’impose, alors la réponse à la question ne devient pas si simple.

 

Quelle relation entretenez- vous avec vous-même? Vous aimez-vous vraiment?  

Est-ce de façon inconditionnelle, sans compromis, ni négociations ?

A quoi pensez-vous quand vous pensez à vous ? A votre vie ? Comment vous parlez-vous, vous jugez-vous  ? Pensez-vous mériter l’amour, le bonheur ? Passez-vous du temps avec vous même ou fuyez-vous systématiquement la solitude par des stratégies soigneusement mises en place (être toujours occupée, faire en sorte d’augmenter ses charges de tâches, faire des heures supplémentaires au travail, remplir l’agenda à craquer et ne pas supporter les vides) ? Attendez-vous            désespérement l’amour et enfin vous donner le droit à être bien avec vous-même  » pour de bon »? Vous sabotez- vous par des actes ou comportements ? Etes- vous limité par des croyances sur vous et sur les autres ? (Je ne suis pas capable, je suis nulle, je ne mérite pas, je suis pas à la hauteur, personne ne m’aime, je suis de trop , je suis maudite et je n’ai jamais de chance en amour….). Agissez- vous en fonction du regard des autres ? Comparez-vous souvent à votre entourage pensant que telle ou telle personne est meilleure que vous, qu’elle fait mieux que vous? Que tout lui réussit parce qu’elle ou il est tellement mieux, douée, beau que vous ?

 N’êtes vous pas la personne avec qui vous vivrez toute votre vie ? Celle avec qui il serait mieux de tisser une relation la plus sereine possible ? Dans la bienveillance, l’écoute et le respect ?

En apprenant à faire alliance avec vous-même « à la vie, à la mort », vous vous promettez de ne jamais vous abandonner. S’engager avec soi est un acte qui demande du courage.

 

Au fait, c’est quoi s’aimer ?

 

-S’aimer c’est SE CONNAITRE, car s’aimer c’est bien, mais sait-on au moins QUI est ce qu’on va aimer ? Avec qui on s’apprête à s’engager jusqu’ à la fin de ses jours ? Quelle est cette fameuse personne ? Cela implique de connaitre ses parts d’ombres,  son pire (histoires, croyances, blessures, peurs), ses parts de lumière (qualités, atouts, ce qui fait de vous que vous êtes uniques, réussites, fiertés, lumière….) et ses besoins.

Etre son meilleur allié dans cette vie n’est pas s’aimer quand tout va bien, car il est facile de s’aimer quand tout va bien! Il va s’agir de s’aimer quand tout va bien ET quand on a mal. Il va s’agir de se tenir par la main et de s’accompagner en traversant l’état de souffrance dans lequel on se trouve, avec bienveillance et douceur. Cette traversée implique parfois d’aller rencontrer le petit garçon ou la petite en nous qui pleure, qui est en colère, qui n’ose pas, et de le rassurer.  

 

-S’aimer c’est se RECONNAITRE : se reconnaître comme capable, beau  méritant, aimable, puissant. La pire blessure qui soit pour l’homme n’est pas le manque d’amour mais le manque de RECONNAISSANCE. Ce qui me fait penser à la réplique du film Avatar « JE TE VOIS ». Je te vois comme unique et précieuse, je te vois dans tes imperfections, dans tes failles, dans tes lumières, je te vois tout entier et je te prends.

 

-S’aimer c’est BIEN SE PARLER. Observez, notez vos pensées et vos phrases intérieures sur vous-même. Votre juge intérieur peut être parfois tellement puissant! Et demandez vous si vous parleriez  de la sorte à votre meilleure amie?

 

-S’aimer c’est PASSER DU TEMPS avec soi et prendre soin de soi:  Ceci afin de remplir le réservoir intérieur d’amour, de bien être, de plaisir, mieux se connaitre, répondre vous-même à vos besoins sans l’attendre toujours des autres, se surprendre … C’est donc apprendre à être seul et à aimer être seul car vous n’êtes finalement jamais vraiment seul puisque avec vous-même.

 –S’aimer c’est accueillir et accepter votre CORPS. Apprendre à le regarder d’une autre façon que par les critiques et le jugement. Votre corps vous porte et vous permet d’agir et de ressentir dans ce monde. Rien que pour cela, il vaudrait peut être le coup de lui dire pardon,  de lui dire merci, de le prendre dans les bras et de l’accepter comme il est , tel qu’il est.

 -S’aimer c’est AIMER SES IMPERFECTIONS ET SES FAIBLESSES. C’est s’autoriser à répondre à ses envies même si elles sont changeantes. C’est ne pas être parfait à tout prix acceptant tous ses paradoxes intérieurs car nous sommes des êtres changeants.

 -Apprendre à s’aimer est UN ACTE ALTRUISTE, oui oui !

En somme, faire de vous le meilleur compagnon de vie en revient à devenir à la fois la bonne mère, le bon père, le bon juge, le bon amant, le bon magicien pour soi….Et surtout ne pas s’en vouloir les jours où l’on n’y arrive pas ! 

Apprendre à s’aimer soi est tout, absolument tout, sauf de l’égoïsme !Avez-vous déjà rencontré des personnes égocentriques, uniquement tournées sur elles même ? Il ne me semble pas que ces personnes respirent l’amour d’elle-même justement mais plutôt l’inverse.

Non, lorsque l’ on fait le pari de s’engager avec soi pour la vie nous n’avons pas besoin de le crier sur tous les toits ou de

l’exiber. C’est un voyage intérieur.

Ce voyage là est la condition unique pour ensuite aimer l’autre. On aimera l’autre pour les bonnes raisons, pour lui et non pour nous. Alors non, s’allier à soi n’est surtout pas de l’égoïsme. C’est au contraire le plus beau cadeau que vous faites au monde, car lorsque vous êtes aligné avec qui vous êtes, ce que vous dites et ce que vous faites alors vous commencez à vous créer la vie la plus inspirante pour vous, vous commencerez à impacter le monde de votre propre magie !

 -S’aimer soi-même c’est SORTIR DE LA DEPENDANCE AFFECTIVE et de la dépendance tout court. C’est mettre du sens sur soi et par conséquent sur sa vie. C’est sortir du fantasme que c’est l’extérieur (une relation, la nourriture, l’argent, une maison, un rang social) qui comblera mon intérieur si vide et dénué de sens. Je n’ est jamais ressenti aussi fort que depuis être moi-même passée par ce parcours de l’amour de soi, la vie me rendait et m’apportait tout ce à quoi j’aspirais depuis longtemps. La vie valide vos croyances, toujours… Elle est le miroir de ce qui convient de faire fleurir en vous- même.

 « Personne vous faire sentir inférieur sans votre consentement » Eleanor Roosvelt

L’idée par exemple qu’une relation amoureuse vienne combler tous ces manques est une illusion ! La relation amoureuse doit être le bonus, la plus-value mais pas la condition même de votre complétude et de votre sécurité affective. Il y a des expressions qui pour moi entretiennent cette illusion comme « J’ai enfin troué ma moitié ». Cela voudrait donc dire que l’on n’est qu’une moitié de quelque chose ? Que nous ne sommes pas complets ? Que l’on est amputé d’une partie de nous même tant qu’on n’a pas trouvé cette précieuse « moitié » ? Sentez- vous la tragédie de la chose ?

En fait, s’aimer soi-même c’est changer de lunettes sur soi, et donc sur les autres et le monde.

Si vous voulez faire le grand saut et parier sur vous pour ne jamais vous quitter, je vous propose un Accompagnement  en CABINET sur Lyon ou par SKYPE.

Entretien téléphonique préalable gratuit afin de cibler votre demande et votre motivation et voir ensemble si mon accompagnement peut vous convenir.

 

Nadège Arnaud.

Thérapeute psycho- corporel

 

 

 

 « Personne vous faire sentir inférieur sans votre consentement » Eleanor Roosvelt